banner norm FRA

 

LA CULTURE DANS LES ODD

En amont du Sommet spécial sur le développement durable qui s'est tenu les 25-27 septembre 2015 dans le cadre de la 70ème Assemblée Générale des Nations Unies à New York, les réseaux partenaires de la campagne "Le futur que nous voulons intègre la culture" ont publié un communiqué de presse commun.

Le communiqué soulignait les réalisations et les lacunes des Nations Unies dans leur démarche de reconnaissance du rôle de la culture dans le développement durable. Cette démarche a abouti au document final "Transformer notre monde: l'agenda 2030 du développement durable". Le communiqué présentait également les six étapes que la campagne souhaitait franchir à l'avenir en se basant sur l'expérience acquise.

Les réseaux qui ont mené la campagne sont : IFACCA, la FICDC, l'Agenda 21 de la culture (CGLU), Culture Action Europe, le Réseau Arterial, le Conseil international de la musique - CIM, le Conseil International des Monuments et Sites - ICOMOSla Fédération Internationale des Associations et Institutions des Bibliothèques - IFLA, et le Réseau Latinoaméricain des Arts pour la Transformation Sociale.

La campagne a été lancée le 1er mai 2014 avec la "Déclaration pour l'inclusion de la culture dans les objectifs de développement durable" qui a été signée par 900 organisations et plus de 2 500 individus dans 120 pays. Les réseaux qui ont mené la campagne remercient tous les signataires et autres sympathisants pour avoir contribuer à faire entendre - pour la toute première fois - la voix de la communauté culturelle mondiale.

Voici le communiqué :

img COMMQ fra
 
Communiqué 
La culture dans le Document Final des ODD : 
Des progrés, mais encore plusieurs étapes
restent à franchir

 

#culture2015goal

Prenez part à la campagne !

 

CONTEXTE

Plusieurs événements de l’ONU décideront l'Agenda de Développement Post-2015 et les Objectifs du Développement Durable, qui auront un fort impact sur les politiques culturelles locales et sur la dimension culturelle de la mondialisation. Nous avons rédigé cette page avec information sur ces activités, et nous proposons des actions à prendre pour préconiser que la culture soit pleinement et explicitement reconnue dans l’Agenda de Développement Post-2015 et les Objectifs du Développement Durable.

 

CAMPAGNE

Rejoignez-nous à l'appel pour la reconnaissance du rôle de la culture dans les Objectifs de Développement Durable post-2015. Avec la FICAAC – Fédération internationale de conseils des arts et agences culturelles, la FICDC – Fédération internationale des coalitions pour la diversité culturelle, Culture Action Europe, le Réseau Arterial, le CIM – Conseil International de la Musique, ICOMOS – Conseil International des Monuments et des Sites, IFLA, la Fédération Internationale des Associations libraires et Bibliothèques, et le Réseau Latino-Américain d'Art et de Transformation Sociale, nous, Commission Culture de CGLU avons lancé une campagne appelant les gouvernements et décideurs politiques qui définissent l’agenda du développement des Nations unies pour l’après-2015 pour qu’ils s’assurent que des cibles et des indicateurs pour la culture soient inclus dans les Objectifs du Développement Durable.

Notre objectif : Le futur que nous voulons intègre la culture.

Pour soutenir cette campagne, veuillez:

  • Vous rendre à www.culture2015goal.net et signer cette Déclaration, soit comme organisation soit à titre individuel.
  • Faire suivre cette Déclaration, ou votre propre message, au représentant de votre pays auprès des Nations Unies.
  • Diffuser cette Déclaration au sein de vos réseaux et passer le mot.

La culture était complètement absente du document des Objectifs du millénaire pour le développement. Il ne faut pas que cela se reproduise.

Deux documents-clé ont donc été produits et diffusés dans le cadre de cette campagne, il s'agit de la Déclaration pour l'Inclusion de la Culture dans les Objectifs du Développement Durable (ODD), publiée en septembre 2013 et de la Déclaration "Culture comme objectif dans l'Agenda de Développement Post-2015", publiée en mai 2014 :

 

cover-DeclarationPost2015-FRA     cover-Culture-as-a-goal-FRA

 

img indicators2015goal FRA

         
Déclaration pour l'Inclusion de la Culture dans les Objectifs du Développement Durable (ODD)   Déclaration "Culture comme Objectif dans l'Agenda de Développement Post-2015"   Déclaration sur des indicateurs possibles pour les Objectifs de Développement Durable (ODD)

 

HISTORIQUE

Cette campagne continue nos travaux avec les réseaux culturels mondiaux : la FICDC - Fédération internationale des coalitions pour la diversité culturelle, la FICAAC - Fédération internationale de conseils des arts et agences culturelles et Culture Action Europe. En septembre 2013, nous avions publié un document de sensibilisation et de lobbying pour que l’Agenda du Développement Post-2015 inclue un Objectif explicite sur la culture. Nous proposions que l’énoncé de cet Objectif soit « Garantir la durabilité de la culture pour le bien-être de tous ». Cet Objectif aurait apporté de la cohérence, de la clarté conceptuelle et de la solidité à l’ensemble de l’Agenda Post-2015, aurait permis l’accélération du changement et aurait facilité la consécution des autres Objectifs. Or, notre document explique pourquoi un Objectif explicite sur la culture est nécessaire et propose des cibles et des indicateurs possibles.

 

LE CONGRÈS DE HANGZHOU

Le congrès international « La culture : clé du développement durable » a eu lieu à Hangzhou (Chine) du 15 mai au 17 mai 2013. Le Congrès a été le forum de discussion sur le rôle de la culture dans l'agenda de développement des Nations Unies post-2015. C'était le premier Congrès international spécifiquement consacré aux liens entre la culture et le développement durable organisé par l'UNESCO.

Il y avait environ 400 participants, dont nombreuses agences de l’ONU, activistes de la société civile, des représentants de gouvernement, des organisations artistiques et culturelles, des universitaires et des experts dans le domaine de la culture et du développement. CGLU a été représentée à Hangzhou. Nous avions écrit un document pour préparer Hangzhou, qui a été très bien reçu dans le Congrès.

Avec le leadership de l'UNESCO et la Chine, la déclaration de Hangzhou dit:

  • Nous croyons que le moment est venu de bâtir sur ces importants énoncés de principes et sur les leçons tirées, une intégration complète de la culture -par des objectifs, des cibles et des indicateurs clairs– dans des stratégies, des programmes et des pratiques de développement convenues, aux niveaux mondial, régional, national et local, à définir dans l’agenda des Nations Unies pour le développement post-2015.
  • Nous adoptons une compréhension de la culture qui est ouverte, évolutive et solidement encadrée par une approche fondée sur les droits et sur le respect de la diversité, dont le libre accès permet aux individus de «vivre et être ce qu’ils veulent»
  • La prise en considération de la culture devrait donc être incluse comme quatrième principe fondamental de l’agenda des Nations Unies pour le développement post-2015, au même titre que les droits de l'homme, l’égalité et la durabilité.
  • La dimension culturelle devrait être systématiquement intégrée dans les définitions du développement durable et du bien-être, ainsi que dans la conception, la mesure et la pratique concrète des politiques et programmes de développement.
  • Garantir à tous les droits culturels pour promouvoir le développement social inclusif
  • Nous recommandons en conséquence d’inclure dans l’agenda des Nations Unies pour le développement post-2015 un Objectif spécifiquement centré sur la culture, fondé sur le patrimoine, la diversité, la créativité et la transmission des connaissances et comportant des cibles et des indicateurs clairs reliant la culture à toutes les dimensions du développement durable.

Les quatre réseaux culturels mondiaux mentionnés (la FICDC - Fédération internationale des coalitions pour la diversité culturelle, la Commission culture de Cités et Gouvernements Locaux Unis, la FICAAC - Fédération internationale de conseils des arts et agences culturelles et Culture Action Europe) ont contribué à la déclaration finale. Il faut, surtout, signaler d'une façon emphatique, le dernier paragraphe de la déclaration finale: «Nous recommandons… qu’un Objectif spécifique centré sur la culture soit inclus dans l'Agenda de Développement de l’ONU Post-2015, objectif qui devra être fondé sur le patrimoine, la diversité, la créativité et la transmission de la connaissance, et qui comprendra des buts à atteindre et des indicateurs bien établis liant la culture à toutes les dimensions du développement durable ». Cela comporte un énorme défi pour tous, dans le plan conceptuel (quels contenus?) comme dans le plan stratégique (comment y arriver ?) et tactique (quels travaux seront nécessaires entre aujourd'hui et 2015 ?). Il s'agit d'un très beau défi.

 

POURQUOI EST-CE IMPORTANT ?

Les huit Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), internationalement reconnus, déterminent la manière dont les gouvernements du monde et les organismes internationaux tels que la Banque mondiale dépensent des milliards de dollars et d'euros chaque année pour des initiatives de développement. Les OMD guident aussi la façon dont le développement est évalué. Voir, par exemple, ici et ici.

Les OMD ont été établis en l’an 2000 pour une période de 15 ans. Leur réexamen est déjà en cours (comme décrit plus haut), et des décisions vont vraisemblablement être prises dans les semaines à venir qui scelleront le futur de ces objectifs.

La non-reconnaissance de la culture dans les OMD actuels fait l’objet d’une grande préoccupation à travers le monde – soit en tant que moyen de réalisation du développement durable, soit en tant qu’aspect qui devrait être pris en considération dans l’évaluation des programmes de développement, soit en tant que un Objectif explicite. Pour des arguments en faveur de la reconnaissance de la culture, reportez-vous à la Déclaration de Hangzhou ou aux autres documents communiqués plus bas.

Si la culture devait être reconnue dans les objectifs futurs « comme moteur et comme moyen du développement durable », cela représenterait un bond en avant pour la prise de conscience de la valeur de la culture pour les sociétés, stimulerait la coopération entre les programmes de développement futurs et les cultures locales dans lesquelles ils sont mis en œuvre, et inciterait les gouvernements et les organisations humanitaires internationales à affecter de beaucoup plus grandes ressources aux programmes culturels.

Aujourd'hui, chaque acteur de la communauté internationale plaide en faveur de leurs intérêts (santé, éducation, enfance, genre, jeunesse, énergie, mobilité, changement climatique...) et souhaite que ces sujets soient inclus dans l'Agenda de Développement Post-2015. Il a des sujets avec une évidente dimension culturelle. Nous devons les comprendre et les soutenir. Mais... nous devons surtout lutter pour nos intérêts, qui sont les valeurs intrinsèques de la culture: le patrimoine, la diversité, la créativité et la connaissance. Il faut considérer, aussi, l'existence de ceux qui œuvrent contre l’inclusion de la culture dans le programme de développement, arguant que la diversité culturelle peut être perçue comme étant de nature à créer des divisions, ou que les arts, la construction du sens et les pratiques culturelles peuvent être interprétés comme un luxe non essentiel au bien-être humain. Il faut lutter sans pause et sans peur contre ces arguments.

De nombreux organismes internationaux (organisations intergouvernementales et organisations non gouvernementales) conjuguent leurs efforts pour plaider en faveur de l’intégration de la culture dans l'Agenda de Développement Post-2015.

Il est important de faire en sorte que des arguments pertinents et convaincants sont entendus aux plus hauts niveaux de l’ONU en ce qui concerne les raisons pour lesquelles la culture doit être incluse dans l'Agenda de Développement Post-2015.

Nous demandons qu’un Objectif spécifique centré sur la culture soit inclus dans l'Agenda de Développement de l’ONU Post-2015.

 

LE RÔLE DE CGLU

Cités et Gouvernement Locaux Unis a joué un rôle important dans la promotion du rôle de la culture dans le développement durable au cours de ces dix dernières années.

  • En 2004, CGLU a adopté l’Agenda 21 de la culture, une déclaration comprenant 67 articles qui décrit le cadre de relations entre les politiques culturelles locales et les droits humains, la gouvernance, le développement durable, la démocratie participative et la paix. L’Agenda 21 de la culture a été le premier document à l’échelle mondiale à établir les principes et les engagements des villes et des gouvernements locaux par rapport au développement culturel. Plus de 450 villes, gouvernements locaux et organismes du monde entier sont liés à l’Agenda 21 de la culture.
  • En 2010, Cités et Gouvernements Locaux Unis approuve le document « La culture : quatrième pilier du développement durable » lors de son Congrès mondial qui s’est tenu à Mexico. Ce document établit l’engagement des gouvernements locaux d’inclure de manière explicite la culture dans le modèle de développement qui « présente les besoins du moment sans compromettre la capacité des générations futures d’inclure leurs propres besoins ». D’un point de vue opérationnel, le document de CGLU « La culture : quatrième pilier de la durabilité » établit la relation entre la culture et le développement durable selon une double perspective : le développement d’une politique culturelle solide (la culture en tant que moteur de développement) et la stimulation de la dimension culturelle de toutes les politiques publiques (la culture en tant que moyen rendant possible le développement).
  • En 2012, Cités et Gouvernements Locaux Unis est présent à la Conférence sur le Développement durable de l’ONU (Rio+20) et promue le rôle de la culture dans le développement durable. La Commission culture de CGLU a publié le rapport Rio+20 et culture qui analyse en détail le Document Final de Rio+20, en constate les insuffisances et demande une connexion étroite des stratégies des acteurs qui travaillent sur culture et développement durable.
  • Cités et Gouvernements Locaux Unis, avec sa Commission culture, a créé une plateforme unique qui réunit villes, organismes et réseaux qui recherchent la relation entre les politiques culturelles locales et le développement durable. La Commission est présidé par Lille-Métropole, co-présidé par Buenos Aires, Mexico et Montréal, et vice-présidée par Angers, Barcelone et Milan

 

QUELQUES ÉVÉNEMENTS-CLÉ

Plusieurs processus sont actuellement engagés au sein des Nations unies pour définir l'Agenda de Développement Post-2015 et les Objectifs de la Durabilité. Un certain nombre d’événements en la matière ont déjà eu lieu. Les événements clés qui influenceront les prises de décision de l’ONU sont :

Le débat thématique sur la culture et le développement organisé par le président de l’Assemblée générale de l’ONU le 12 juin 2013 à New York. Vous pouvez voir l’ordre du jour. Mme Élaine Ayotte, membre du Comité Exécutif de la Ville de Montréal et coprésidente de la Commission culture de CGLU, a intervenu dans ce débat.Cette page a toute l'information sur la présence de Montréal dans ce débat de l’Assemblée générale de l’ONU.

L’ « Open Working Group » sur les Objectifs du Développement Durable a organisé en juin 2013 sa quatrième réunion, avec des débats sur le rôle de la culture ; CGLU a préparé un document avec nos messages clé.

Le Segment de Haut Niveau de l'ECOSOC sur innovation, science, technologie et le potentiel de la culture a eu lieu à Genève, 1-4 juillet 2013. La Commission culture de CGLU avait rédigé un document avec notre position sur cette réunion de l'ECOSOC et CGLU a présenté unedéclaration écrite. Voir aussi les pages 14-16 de la version préliminaire non révisée du rapport pour la Revue ministérielle annuelle de l’ECOSOC, qui fournissent des arguments sur l’importance de la culture dans le développement.

La Global Taskforce (GTF) des gouvernements locaux et régionaux pour le post-2015 et Habitat III représente le mouvement municipal international. La Commission culture de CGLU a participé à toutes les réunions de la GTF (Catherine Cullen à Istanbul - mars 2013 ; Hernán Lombardi à NY - mai 2013; Catherine Cullen, Marianne Prodhomme et Eugene Zapata à Rabat – octobre 2013).

Le Congrès Mondial de CGLUa eu lieu à Rabat les 1-4 octobre 2013. Le Congrès a remarqué le rôle de la culture dans l'Agenda de développement Post-2015.

Le Forum mondial sur la culture dans le développement, dont l’hôte est le Président d’Indonésie, co-président du Groupe de haut niveau de personnes éminentes, a eu lieu les 24-29 novembre 2013 à Bali.

Un événement thématique spécial à l’Assemblée générale de l’ONU sur les Villes durables a eu lieu le 13 décembre 2013, avec Catherine Cullen de Lille-Métropole, présidente de la Commission culture (lisez son discours). Les participants ont accordé que la culture est incluse dans la proposition conjointe pour un Objectif Spécifique sur le Développement Urbain Durable ou #urbanSDG.

Le Sommet mondial des arts et de la culture, organisé conjointement par le Conseil national chilien de la culture et des arts et la FICAAC – Fédération internationale de conseils des arts et agences culturelles, a eu lieu les 13-16 janvier 2014 à Santiago du Chili ; notre représentant, M Hernán Lombardi, Ministre de la culture de Buenos Aires, a expliqué l’importance que la culture soit opérationnel comme Objectif et Cible dans les Objectifs du Développement Durable.

Le Troisième Forum Mondial sur la Culture et les Industries Culturelles, organisé par l'UNESCO du 02 au 04 octobre 2014 à Florence (Italie), a donné lieu à la Déclaration de Florence qui propose des Recommandations sur la Culture pour l'Agenda Post-2015.

 

CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE:

  • Familiarisez-vous avec les problèmes de fonds, en particulier les arguments fournis dans notre document de sensibilisation et lobby.
  • Si approprié, communiquez d’urgence votre désir d’inclure la Culture dans l'Agenda de Développement Post-2015 aux organismes publics concernés, tel que votre ministère de la Culture, votre ministère des Affaires étrangères ou votre délégation aux Nations Unies. À terme, ce sont les États membres qui influenceront l'Agenda de Développement Post-2015, et qui les établiront en votant.
  • Renseignez-vous pour savoir s’il y a des consultations nationales dans le cadre du PNUD dans votre pays, et efforcez-vous d’introduire la culture dans ces débats.
  • Faites circuler des informations sur le sujet dans vos propres réseaux et dans les organisations de société civile de votre pays, par messagerie électronique ou dans les médias sociaux (dans Twitter vous pouvez utiliser #Culture2015Goal)
  • Informez-nous de toutes nouvelles concernant le sujet que nous pourrions partager avec d’autres

Nous espérons que cette page vous a été utile et que nous pourrons, ensemble, influencer le résultat des délibérations en cours.

Reconnaissance. Cette page s'inspire largement en la page que la FICAAC a rédige sur ce sujet. Vous pouvez aussi voir la page de la FICDC sur la déclaration de Hangzhou et la page officiel de l’UNESCO sur le Congrès de Hangzhou.